Un patrimoine vivant,
les semences en héritage.

Ur glad bev, an had da herezh

dimanche 9 juin 2013

Un espoir pour les semences paysannes.

Cioloş, commissaire Européen
 à l'agriculture:
la réglementation des semences
 permettra l'échange
 de semences traditionnelles

Publié par Stephanie Roth , le mercredi 5 Juin, 2013

Cité dans un communiqué publié par l'agence de presse roumaine Agerpres, commissaire européen à l'Agriculture Dacian Cioloş a déclaré que sous la nouvelle réglementation petits producteurs peuvent continuer à échanger librement des semences et enregistrer de nouvelles variétés sans coût supplémentaire.

        Il a poursuivi en disant que toutes les variétés de semences traditionnelles qui sont déjà sur le marché seront enregistrées dans un registre distinct, sans frais pour les petits producteurs. Le commissaire a fait ces déclarations à l'ouverture de la 36e Congrès mondial de la Vigne et du Vin à Bucarest.
Interrogé sur la nouvelle réglementation des semences à l'échelle européenne, Cioloş a souligné que les messages alarmants sur cette directive ont été basées sur une version antérieure.
«J'ai récemment vu des messages alarmants ... qui, malheureusement, sont basés sur une version initiale du projet de règlement proposé par la Commission européenne. Il a été modifié à mon initiative, parce que nous voulions être compatible avec l'objectif de donner aux petits producteurs de nouvelles opportunités de marché. J'ai demandé l'introduction d'une série de questions dans le présent règlement qui reconnaissent séparément la production et la commercialisation des semences par les petits producteurs ", a déclaré le commissaire.
«Avec cette proposition, je crois avoir créé les conditions pour les petits producteurs à produire et commercialiser des semences sans aucun obstacle. Ce projet de règlement va maintenant aller devant le Conseil et le Parlement européen (PE), mais je suis convaincu que mon collègue Tonio Borg, le commissaire européen à la santé et protection des consommateurs, a déjà intégré tous ces aspects concernant les petits producteurs et la libre circulation des graines et que ces idées vont continuer à être soutenus par lui, y compris pendant les négociations avec le Parlement européen et la Commission. "
Sur la question de l'interdiction partielle récemment appliquée sur l'utilisation des pesticides du groupe des néonicotinoïdes, Cioloş a déclaré que «en général, le Conseil prend des décisions basées sur des preuves scientifiques. Quand il existe des preuves d'un impact de certains produits sur la santé humaine ... ou l'environnement, la Commission propose des mesures qui peuvent ensuite être adoptées par les États membres. Je ne peux pas donner plus de détails que ce problème est au-delà de ma portée. "