Un patrimoine vivant,
les semences en héritage.

Ur glad bev, an had da herezh

mardi 26 novembre 2013

Assemblée Générale du Réseau Semences Paysannes ouverte au publique





Plus de renseignements sur le site du Réseau Semences Paysannes.

Video action colloque sur les plantes mutées

Dans cet article, 
un lien vers une vidéo présentant une action de la confédération paysanne 
lors d'un colloque sur les plantes mutées, le 19 novembre à Paris.

Ce film documentaire est réalisé par Camille Robert.

Bon visionnage, c'est par ici...

samedi 23 novembre 2013

Appel à mobilisation nationale


Comité Breton de Soutien 
aux Faucheurs Volontaires d'OGM

Appel à mobilisation nationale 
 
Angers le 28/11/2013
 
La Confédération paysanne se bat depuis 15 ans pour que les OGM n'arrivent pas dans nos champs. Les plantes mutées sont des OGM et doivent être encadrées comme tels par la loi.
Industrialisation de l'agriculture, monocultures, sur-utilisation de pesticides, brevetabilité du vivant sont les conséquences de la diffusion de TOUS ces OGM.
Aujourd'hui, nous souhaitons alerter sur les risques qui pèsent sur l'environnement, la santé des paysans et des consommateurs ainsi que sur l'autonomie des paysans.
Après le tournesol rendu Tolérant à un Herbicide, les colzas mutés arrivent. Le tout dans un contexte de loi sur les contrefaçons qui vise à criminaliser l'usage des semences paysannes.
Un pas de plus est franchi vers ce modèle agricole qui se passe des paysans et détruit l'environnement. 

Plus d'informations à ce lien: CBSFVO

vendredi 4 octobre 2013

Article du monde: Dans les coulisses des négociations internationales sur le "traité des plantes"

 

           Sur la plage du Al Bustan Palace, le plus bel hôtel du sultanat d'Oman, les touristes hésitent entre bronzing et "snorkeling" (randonnée sous-marine). Impossible de les confondre avec les délégués participant à la cinquième session de l'organe directeur du traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture, qui a eu lieu à Mascate du 24 au 28 septembre, à la mine blafarde et aux traits tirés.

 La suite ici...

Kaol-kozh au salon"Ille et bio" 2013 à Guichen



Cette année encore, 
koal-kozh se fera une petite place sur le stand de Triptolème 
au salon "Ille et Bio" de Guichen.


Au programme, quelques conférences qui pourront vous intéresser lors de la journée Pro, le vendredi:

-Certificat d’obtention végétale : Quel avenir pour les semences paysannes ? 
Conférence de Guy Kastler (Semences paysannes)
-Choix variétal en légumes biologiques : le point de vue de deux stations bretonnes d’essais
Maët Le Lan (SEHBS – Station Expérimentale Horticole de Bretagne Sud),  
Mathieu Conseil (PAIS – Plateforme Agrobiologique d’Inter Bio Bretagne à Suscinio)
-Maïs population : Comment valoriser les expériences du réseau breton?
Véronique Chable (INRA), Goulven Maréchal (FRAB), Dominique Macé (Adage)

 
Le programme complet ici
Également, le programme grand public



Semences: droit de propriété industrielle sur le vivant contre savoirs populaires et communs naturels


Un article écrit par Guy Kastler dans la revue Nature et Progrès de sept/oct 2013
 

Documentaire "Le droit de semer"

          


         Le Projet Open Solutions a pour objectif d’informer et vulgariser la réglementation des semence pour outiller le débat public. Ce dernier est empêtré dans la complexité de la réglementation méconnue de ce secteur. Pour s’en sortir, nous avons combinés humour, créativité et expertise pour rendre ce sujet accessible.

La vidéo ici...

mardi 10 septembre 2013

Ciné-débat "La fin des haricots"

Ce jeudi,
dans le cadre de la semaine des semences paysanne:
Ciné-débat "La fin des haricots"
au cinemanivel de Redon:

dimanche 1 septembre 2013

Kaol-Kozh au festival de "l'arbre qui marche" 2013

Comme prévu, et ce malgré les intempéries,
 Kaol-kozh était présent du 16 au 18 aout,
 sur les prairies de l'éco-festival
"L'arbre qui marche" à Botmeur (22).



Présence largement satisfaisante pour cette deuxième édition du festival!
Le public du festival était très réceptif aux enjeux des semences paysannes. Le stand à attiré  de nombreuses personnes parfois justes curieuses ou pour certaines, très concernées.

Un temps d'échange sous l'agora à également permis de présenter le sujet et l'association plus précisément.


    Un grand merci donc aux anciens et nouveaux adhérents qui ont bien voulu donner un peu de leur temps pour ce weekend de partage et de bonne humeur! Merci également au festival de nous avoir accueillis et merci au public si nombreux et curieux qui est venu nous voir durant ces trois jours! Rendez vous donc très certainement l'année prochaine!




Retrouvez d'autres photos du festival sur la photothèque de Alain


mercredi 17 juillet 2013

Classe verte » sur les semences paysannes

Aujourd’hui en France, les initiatives de paysans créant et utilisant des semences paysannes restent méconnues du grand public mais aussi des décideurs institutionnels. Pour mieux les faire connaître et échanger sur les pistes d’évolution en matière de recherche et réglementation, l’Inra et la Fondation Sciences Citoyennes réunissent le 19 juin à Chavagne près de Rennes 80 décideurs politiques et institutionnels. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du projet de recherche ReSoRIV sur la reconnaissance sociale et réglementaire de l’innovation variétale par la sélection participative pour les agricultures biologique et paysanne.




lundi 1 juillet 2013

Propriété industrielle sur les plantes : « halte aux brevets trop larges » recommande le CEES

         Le Conseil Économique, Éthique et Social (CEES) du Haut Conseil des Biotechnologies (HCB), dont la mission est d’apprécier les impacts socio-économiques et éthiques des biotechnologies, a rendu le 14 juin une recommandation sur la propriété industrielle sur les plantes. Constatant que cette propriété industrielle en matière de sélection végétale s’élargit non seulement aux produits issus de technologies génétiques, mais aussi aux procédés « conventionnels » ainsi qu’aux gènes natifs, le CEES propose de limiter l’étendue des brevets, de rendre totalement transparentes et publiques les variétés qui en comportent, et de permettre aux agriculteurs-sélectionneurs d’échanger librement leurs semences de variétés populations.

Source: Inf'OGM

jeudi 27 juin 2013

Kaol-kozh au café assoc "Le Salon"


Pour celles et ceux qui n'iraient pas voir Manu Chao à Saint-Nolff ce week-end, vous pouvez nous rejoindre à la Morinais. 
Un stand de Kaol-kozh y sera présent.


vendredi 21 juin 2013

Concert de soutient aux faucheurs volontaires à Berrien


Venez nombreux:


                                                                                                                                                           


Source: CBSFVO

jeudi 20 juin 2013

Fête des Amanins pour la Terre et l'Humanisme

Une « guérilla potagère » dans les rues de Lille

Des salades, des tomates, des pommes de terre, là, sur un bout de trottoir, au pied des arbres plantés sur les grandes axes. Depuis janvier, les membres d’un mouvement qui se fait appeler « Guérilla potagère » cultivent des micro-lopins de terre au cœur l’hyper-urbain.

 

Dans une grande rue de Lille : un panneau, un platane, un panneau, un platane, une salade, un plata… Une salade ? Une salade. Et même des pommes de terre. Et même des tomates. Depuis quelques mois, des micro-potagers ont germé dans Lille là où on ne les attend pas. Sur des bouts de terre que plus personne ne regarde, comme les carrés au pied des arbres qui bordent les routes. Pas grand-chose, un ou deux mètres carrés de liberté.
Rue Bûle-Maison, pile face à la CAF, de beaux plants de patates s’épanouissent au soleil tandis qu’à quelques mètres des frisées s’épaississent à vue d’œil. Planter librement dans l’hyper-urbain : l’idée a germé en Angleterre et les graines se sont dispersées dans le monde entier. Hors Lille, on appelle ça « Incredible Edible », pour Incroyable Comestible. En janvier, Julien, l’un des membres de la Guérilla potagère, s’intéresse au phénomène et constate une lacune. Sur la carte lilloise, foin de tomates sur terrain vague. Une réunion est organisée.
Certains ne sont pas restés « parce qu’il y avait trop de monde, dès la première réunion ! », se souvient Julien. Une trentaine de doux dingues accrochent à l’idée fraîche. Et cogitent. D’abord, le nom. « On tenait à se démarquer. Incroyable Comestible, ça sonnait bof. On a trouvé rigolo d’associer Guerilla à potagère. C’est tellement improbable ! » Ensuite, trouver les terres. « On s’est rapprochés de la mairie. Pas pour demander une autorisation, mais juste pour les prévenir. »


Les patates et la liberté

Lise Daleux, Cyrille Pradal ou encore Vinciane Faber, élus Verts, ont apporté leur bras et la caution « sérieux » au projet. Pas d’autorisation. Ni même de notes internes. Le projet Guérilla potagère cultive les salades, les patates et la liberté. « Qui va vous dire quelque chose si vous plantez une tomate ? Faut arrêter de se prendre la tête ! », se marre Julien. « Le truc, c’est de le faire là où c’est intelligent et non dégradant. » Le collectif plante là où la ville n’a plus les moyens d’entretenir, par exemple. Et voilà l’armée de la Guérilla potagère qui investit des bouts de terre. Chacun sa bêche et son seau. Aucune carte des terres exploitées pour l’instant. « Ce n’est pas quelque chose d’organisé, chacun fait comme il veut ! »
Loin des carcans classiques. La terre ? Elle est à tous. La récolte ? Elle profite à tous. « C’est de la nourriture à partager », martèle Julien. Comme la joie des gamins bluffés de découvrir, sur le chemin de l’école, trois-quatre salades qui poussent. Les risques ? « On sait qu’un mec bourré pourrait passer un soir et tout saccager. Mais c’est le jeu. » Julien imagine déjà sa première récolte de pommes de terre. « Je m’en ferai des frites, pour la Braderie. »
Et le pipi de chien alors ? On a osé, il s’est gaussé. « C’est drôle ça, les gens s’inquiètent du pipi de chien alors que ça les gêne moins quand les légumes sont arrosés de produits chimiques ! »

Source: La voix du nord